MEDECINE TIBETAINE

C’est un système ancien, très lies a la philosophie bouddhiste, qui conçoit la santé en termes d’interrelation dynamique entre le corps, le mental, l’esprit et le monde naturel.

Dans cette vision du monde, tous les aspects matériels de l’univers se rattachent aux cinq éléments de base : terre, eau, feu, vent et espace. Les combinaisons de ces éléments caractérisent tout dans l’univers, jusqu’au corps humain et à ses fonctions.
La médecine tibétaine met l’accent sur des thérapies comportementales, comme l’exercice et la méditation, pour traiter de nombreux problèmes de santé, mais les plantes médicinales, l’acupuncture, le massage et le recours à un soutien psychologique et moral sont aussi prescrit.

Sources

bouddha-medecinePratiquée depuis 2000 ans, la médecine tibétaine puise son fondement philosophique dans la vision bouddhiste selon laquelle la maladie est liée à l’état mental, émotionnel, spirituel et social de l’individu. Elle intègre certaines pratiques de la médecine ayurvédique, de la médecine traditionnelle chinoise et d’anciennes traditions perses et grecques. Les médecins sont formés dans des écoles diriges par l’institut de médecine et d’astrologie tibétaines de Dharamsala en Inde.
La médecine tibétaine est pratiquée surtout en Asie centrale, mais son usage se répand en Europe et aux États-Unis. Ces dernières années, les praticiens tibétains ont cherché à former des médecins occidentaux en se rendant dans les facultés de médecine d’Europe et d’Amérique du Nord et en collaborant à des études cliniques sur les thérapies médicamenteuses tibétaines. Le Dalaï lama, chef de l’école dominante du bouddhisme tibétain, a encouragé personnellement la promotion de la médecine tibétaine dans le monde.

Les quatre Tantras de médecine tibétaine (Gyushi)

index2Les Quatre Tantras composés au XIIe siècle constituent la plus ancienne encyclopédie de médecineimages tibétaine, c’est sur eux que s’appuie, encore aujourd’hui, la médecine traditionnelle. Ils servent de base aux études médicales et leur assimilation ne nécessite pas moins de 7 ans d’apprentissage. Ils rassemblent la théorie générale de la science médicale, l’exposé des maladies et les méthodes de soins.

  • Le Tantra fondamental comporte 6 chapitres dont l’introduction et la table des matières, la présentation des causes des maladies, leur examen exact et les moyens curatifs.
  • Le Tantra explicatif, scindé en 31 chapitres relatifs notamment à la croissance de l’organisme, au développement et au déclin de la maladie, aux préparations médicinales et à la chirurgie.
  • Le Tantra des instructions, divisé en 92 chapitres étudient et classifient les causes et conditions d’apparition des maladies, présentent les méthodes de soins etc…
  • Le Tantra final, comportant 25 chapitres dont la section relative à l’examen des pouls et urines, celle relative aux calmants, celle concernant les thérapies douces et fortes… Mais pour ne parler que des préparations médicinales, on compte plus de 2.800 médicaments.index11

Les quatre tantras de médecine rassemblent la théorie générale de la science médicale, l’exposé de 84 000 maladies et les méthodes de soins avec 2293 ingrédients de médicaments.

Historiquement, la plupart des médecins tibétains ou amshi étaient des moines. Ils étaient formés dans les monastères, ceux-ci abritant à la fois l’école pour l’enseignement de la discipline et le dispensaire pour les soins aux malades.

med-tibetaine.2Les principes de la médecine tibétaine

La médecine tibétaine est un système médical traditionnel qui repose sur une méthode complexe de diagnostic, incorporant des techniques telles que l’examen du pouls et de l’urine. Le médecin tibétain  donne des conseils de modification de comportement et d’alimentation. Des médicaments confectionnés à partir de plantes médicinales et de minéraux ; des thérapies physiques comme l’acupuncture tibétaine ou la moxibustion sont utilisées pour traiter le malade.

Selon la médecine tibétaine, le corps est composé des éléments suivant :

  • Sept constituants : lait, sang, chair, graisse, os, moelle et essence.
  • Trois excréta : selles, urines et transpiration
  • Trois humeurs ou principes énergétiques vent, bile et phlegme.

Les trois humeurs sont présentes en chacun de nous, mais une ou deux d’entre elles prédominent généralement et définissent la constitution générale de la personne.

L’énergie du vent (rLung) est le principe vital de notre corps et possède un lien direct entre l’esprit et l’état physiologique. Tous les mouvements de notre corps et ses organes, la respiration, la mastication, la digestion des aliments, les sentiments et émotions comme la nervosité, la peur, l’anxiété et la souffrance sont tous contrôlés par l’énergie du vent. Il est aussi responsable de la dispersion des substances du corps au travers de la circulation du sang, la rétention et l’expulsion des fèces et de l’urine.
Lorsque le médecin diagnostique un trouble de l’énergie du vent, il l’attribue généralement à un trouble du système nerveux, au cœur, au grand intestin, à une faible circulation, ou à un trouble de nature physiologique, etc.
L’énergie de la bile (Mkhris-pa) est l’énergie de la chaleur du corps et se rapporte à l’élément du feu. Elle augmente la chaleur de la digestion, l’absorption de la nourriture, la température du corps et est responsable de l’intelligence et de la compréhension, provoquant la soif et la faim ainsi que la clarté du teint.
Quand le médecin diagnostique un trouble de l’énergie de la bile, il l’attribue généralement à un trouble du foie ou de la vésicule biliaire, d’une infection ou une inflammation dans le corps ou à des problèmes de peaux.
L’énergie du flegme (bad-kan) constitue le principe biologique de l’eau formé en prédominance par la terre et les éléments de l’eau. Elle cause le développement de toutes les « humeurs » du corps, la salive, les sucs gastriques et autres sucs. Elle prépare les aliments à l’assimilation, cause la digestion augmente la santé physique et rend le corps lisse. Elle stabilise l’esprit et aide à bien dormir.
Quand le médecin diagnostique un trouble de l’énergie du flegme, il l’attribue la plupart du temps à un trouble du système digestif, de l’intestin, du colon ou des poumons. Mais aussi à des prises de poids, un manque de circulation de l’eau, une baisse de l’énergie du rein, un œdème, etc.

Les causes immédiates des 3 « humeurs » :

Afin de maintenir un corps et un esprit sains, il est important de se concentrer sur les facteurs qui perturbent l’état de l’équilibre général.
Un régime malsain : Il constitue l’une des principales causes des troubles. Pour cette raison, être prudent et savoir choisir les aliments appropriés en fonction des prédispositions de chacun est très important pour rester en bonne santé.
Des excès en aliments âpres (orge), légers (porc), ou amers (citron) provoqueront un trouble du rLung. Des problèmes du Mkhris-pa peuvent être générés par la prise d’aliments gras (beurre de cacahuètes), piquants (poivre noir) ou encore chauds (boissons alcoolisées). Le bad-kan peut être perturbé par la prise excessive d’aliments sucrés (chocolat), lourds (blé), légers (riz) ou huileux (beurre).
Un comportement inapproprié : rLung : les comportements tels la faim, l’insomnie, le chagrin, la perte abondante de sang, le fait d’être atteint d’une diarrhée ou de vomir, mais encore les activités physiques et mentales à l’excès provoquent des troubles du rLung. Ceux du mkhris-pa quant à eux, peuvent être dus à de fortes émotions telles : la colère, des expositions prolongées au soleil, une opération chirurgicale comme un lifting complet ou le fait de creuser un terrain accidenté ou de tomber d’une falaise. Des actions comme : rester dans des endroits humides trop longtemps, manger de trop puis, se reposer, dormir la journée, prendre des fruits verts ou du blé pas mûr, nager dans une eau froide trop longtemps, prendre de la nourriture crûe en excès et s’alimenter en trop grande quantité seront les causes d’un trouble du Bad-kan.
Une variation saisonnière : Afin de se maintenir en bonne santé, il est nécessaire de comprendre les changements du corps au fil des différentes saisons. Le comportement saisonnier varie en accord avec les six saisons de l’année. Ces saisons sont réparties selon le calendrier tibétain. Au cours d’un changement de saison, un changement se produit dans la transformation de l’énergie du corps. En outre, il est important de se vêtir et de se nourrir en fonction de ces saisons.
Des influences nuisibles : Les esprits malveillants ne peuvent être vus, mais ils peuvent néanmoins soudainement affecter les « humeurs ». Ces influences font particulièrement ressentir, lorsqu’un patient ne réagit à aucun traitement, et ce, en dépit de l’exactitude du diagnostic et de l’efficacité du traitement. Les troubles doivent alors être traités par le biais de médicaments et rituels spéciaux.

Les méthodes de diagnostic :

Les signes visibles et les symptômes constituent le moyen le plus efficace de diagnostiquer un trouble. De plus, les Docteurs tibétains utilisent les techniques de diagnostics suivantes :
La méthode qui permet de diagnostiquer les troubles dans la Médecine tibétaine est constituée de trois principales techniques :
L’observation : qui inclue la vérification de l’état de la langue et des urines du patient. L’analyse des urines est l’une des plus importantes techniques de diagnostic. On compte huit points essentiels dans cette analyse : la préparation, les conditions préalables à l’examen des urines, le récipient pour l’urine, la transformation, l’urine d’un patient en bonne santé, l’urine d’un patient malade, l’urine d’un défunt, les esprits malins de l’urine. Les Docteurs tibétains observent la couleur de la langue, ses aspérités, sa texture etc.. afin de déceler des troubles.
La palpation : Elle se réfère aux sensations que le Docteur ressentira avec ses mains à divers endroits du corps et points vitaux du patient. La prise du pouls fait partie de cette méthode. La prise du pouls se décompose en 13 points : la préparation, les conditions préalables à la prise de pouls, l’endroit de la prise de pouls, variation de la force de la pression sur le poignet, les techniques de lecture du pouls, les pouls diathésiques, les pouls saisonniers, les sept spéciales prises de pouls, les pouls des patients sains et ceux des patients malades, les pouls des défunts, les pouls classiques et les pouls spécifiques, les pouls d’esprits malins, le pouls de la force vitale.
Histoire : Elle comprend un large éventail de questions concernant la manifestation des signes et des symptômes caractérisés par la nature des troubles spécifiques. Troubles censés correspondre avec les causes et l’environnement de la maladie et qui aident le médecin à prononcer le diagnostic.

Les traitements

massages-tibetainsLa médecine tibétaine comporte 3 types principaux de traitements :moxa-tibetain
•    des conseils alimentaires
•    des conseils comportementaux
•    des pilules à base de plantes
Cette médecine traditionnelle utilise jusqu’à deux mille types de plantes et cinquante minéraux.

En quoi la médecine tibétaine peut elle m’aider ?

Selon quelques études en occident, elle peut aider des individus souffrant des maladies chroniques suivantes :

  • Maladie artérielle périphérique : Padma28, préparation tibétaine à base de plantes, semble soulager les personnes souffrant d’artérite des membres inférieurs; ils marchent plus longtemps, tout en ressentant moins la douleur.
  • Diabète : le recours des compléments médicaux tibétains associés à un changement de mode de vie (davantage d’exercice, modification du régime alimentaire) serait plus efficace, qu’un changement de vie seul pour contrôler le taux de glycémie chez les personnes souffrant de diabète de type 2.
  • Constipation : le laxatif Padma, préparation tibétaine à base de plantes, soulagerait la constipation chez les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable.
  • Les rhumatismes, l’arthrite, l’asthme, l’eczéma et l’anxiété

Padma 28, un supplément nutritionnel issu de la médecine tibétaine Padma-28

Références

Fondation pour la Préservation de la Tradition Mahayana (FPMT)
Centre Kalachakra – Centre de bouddhisme tibétain
5, passage Delessert – 75010 Paris
Tél/Fax : 01 40 05 02 22

Espace dédié à la préservation et à la diffusion de la Médecine Traditionnelle Tibétaine

La médecine traditionnelle tibétaine

Le livre de la médecine tibétaine
Ralph Quilan-Forde
Le courrier du Livre – Bouddhisme. Comment utiliser les soins tibétains pour sa propre santé

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. costa dit :

    Bonsoir,

    pourriez-vous svp indiquer où trouver un praticien, internet ne répond pas à la recherche « praticien en médecine tibétaine »..

    J’habite dans le Var.

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *