ZONES REFLEXES SELON MASUNAGA

Méthode de diagnostic permettant de déterminer les zones de plénitude appelé JITSU, et les zones en vide appellé KYO.

La technique de Masunaga repose sur l’utilisation conjointe des deux mains à des fins de tonification et de dispersion afin de rééquilibrer la circulation du Ki (Energie)

En effet, si un déséquilibre existe dans la circulation de l’énergie, il apparaîtra une zone jitsu, c’est-à-dire une zone d’excès d’énergie, de plénitude ou encore une zone trop yang. A cette zone jitsu, correspond forcément une zone kyo, une zone de vide, une zone trop Yin.

mas_chinois_dessinMasugana constate que, trop souvent, la médecine ne traite que cette zone jitsu, cette zone congestionnée. Il propose de remédier à l’excès d’énergie en stimulant la zone voisine qui est en état de kyo.

La précision théorique que sous-entend un tel massage est évidemment différente de celle de l’acupuncture et elle laisse une large place à l’intuition du praticien.

D’un point de vue technique, c’est l’utilisation conjointe des deux mains agissant comme deux pôles, tonifiant et dispersant.

D’un point de vue général, c’est l’utilisation de l’intuition du masseur qui doit se laisser guider par celle-ci même s’il ne connaît pas parfaitement les localisations des points d’acupuncture.

Les zones de plénitude se ressentent par un aspect tendu sur le ventre et froid au niveau du dos. Les zones en vide se ressentent par un aspect plutôt mou sur le ventre et chaud ou douloureux au niveau du dos.

Le rôle des mains :

  • Main gauche : effet sédatif sur zone tendue,
  • Main droite : recherche de la zone kyo correspondante et travail tonifiant de celle-ci.

.

ZONES REFLEXES DU VENTRE

zone reflexe ventre

.

ZONES REFLEXES DU DOS

zone reflexe dos

.

MASUNAGA Shizuto (1925 – 1981)

shizuto masunagaAprés avoir été l’élève de NAMIKOSHI Tokujiro, il réintroduisit les principes de base de la médecine traditionnelle chinoise, à savoir les cinq éléments, le Yin et le Yang, les méridiens… mais surtout le phénomène de vide et de plénitude appelé respectivement Kyo et Jitsu.

Il innova en s’attardant sur les aspects psychologiques en relation avec les symptômes physiques rencontrés lors de la pratique.

A treize ans Masunaga est initié aux différentes techniques du Shiatsu. En 1949, il est diplômé de psychologie et poursuit ses études de thérapeute. Il ouvre l’institut IOKAÏ à Tokyo en 1968. Il a transformé le Shiatsu officiel en y introduisant un esprit zen de compassion et de lâcher-prise.
Il utilise la pression des doigts le long des canaux d’énergie, mais aussi celle des mains, des coudes, des genoux, des pieds, un travail global et postural qui engage tout entier le corps.

Partant des textes anciens, et à travers de son expérience clinique, il a étendu à l’intégralité du parcours des douze méridiens la pratique du Shiatsu, afin d’en parfaire la technique et d’en accroître l’efficacité.

Il conçoit a partir des trajets primitifs de l’acupuncture, une topographie plus complete des parcours des méridiens dans l’intégralité du corps. Ses recherches lui font découvrir que les méridiens sont situés à la fois sur les membres supérieurs et inférieurs, ce qui n’est pas le cas pour tous les méridiens dans le shiatsu classique. Il développe la technique de l’ampuku et détermine alors les zones de diagnostic de l’abdomen permettant d’établir un bilan énergétique, zones plutôt kyo (vide) ou plutôt jitsu (pleine).

La méthode développée pour réguler ces zones kyo et jitsu est appelée ho-sha, (tonification-dispersion). Le travail du praticien est donc de canaliser ou guider l’énergie en excès vers les zones en déficience à l’instar du principe des vases communicants. Il consiste en un rééquilibrage énergétique le long de méridiens référés aux organes ainsi qu’aux viscères dans lesquels circule le Ki.

A lire

shiatsu et médecine orientale

Shiatsu et médecine orientale de Shizuto Masunaga aux éditions, le courrier du livre.

Recueil des études publiées de son vivant par l’auteur, cet ouvrage constitue un document majeur dans l’oeuvre écrite de Shizuto Masunaga.

Son intérêt n’est pas seulement de nous montrer l’itinéraire de la pensée du Maître, mais également de replacer la discipline moderne du Shiatsu dans la perspective de la médecine orientale traditionnelle, tant par ses origines et sa technique, que des points de vue thérapeutique et philosophique.

Les idées en germe qu’il contient et les nouvelles pistes de recherche qu’il propose en font un outil de réflexion dont la portée ne devrait pas échapper à tout chercheur et praticien sincère du Shiatsu sur un plan thérapeutique.

.

Sources

D’après les cours de Rolland San Salvadore de 2005 à 2007 au Centre Shiatsu § Dô In.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *