Alors que d’autres thérapies énergétiques se fondent sur des énergies vitales non mesurables, la thérapie par les sons utilise une source d’énergie connue possédant des longueurs d’onde et fréquences spécifiques et mesurables. Parfois appelée musicothérapie, ou thérapie vibratoire, elle englobe toute forme de traitement utilisant les vibrations sonores, senties ou entendues.

Le son, composé du silence et des bruits environnants, n’est pas seulement perçu par l’oreille. Il imprègne le corps tout entier. Le corps recueille les sons par l’intermédiaire de l’oreille, mais aussi de la peau et du système nerveux, par conduction aérienne et conduction osseuse, ainsi, notre squelette va fonctionner comme une caisse de résonance.  Recevoir un son, c’est donc entrer dans le déroulement d’un processus. C’est accepter de se rendre disponible pour se laisser pénétrer par les vibrations et accueillir l’action énergétique des sons, et se préparer à leur intégration

DEFINITION

La sonothérapie est un processus énergétique qui se base sur la résonance physique et émotionnelle du corps. Les différents sons utilisés agissent comme un massage pour le corps et l’esprit.  À travers l’écoute de sons de la nature ou de certains instruments, le corps et l’esprit s’apaisent et se reconnectent. 

Selon les fréquences, ils ont un pouvoir harmonisant, dynamisant, contribuant à équilibrer notre côté yin et yang, et permettant le rééquilibrage automatique des méridiens. Selon les besoins, on utilise des diapasons, des bols tibétains, des instruments de musique, ou la voix.

ORIGINES

Pythagore parlait déjà de traitement médical par la musique, pouvant être extrêmement bénéfique pour la santé. Plus tard, certains chercheurs ont déterminé que ce sont les harmoniques qui possèdent véritablement un pouvoir thérapeutique. Les stimulis auditifs ont un impact important sur notre organisme et notre santé.  La musique déclenche certaines réactions, tant sur le plan physique qu’émotionnel. Sensation de relaxation ou au contraire état de tension, mais aussi joie, colère, tristesse… On peut même remarquer que selon le type de mélodies ou d’instruments utilisés, ce ne sont pas les mêmes zones du corps qui vont être influencées.

EN QUOI LA SONOTHÉRAPIE PEUT ELLE M’AIDER ?

Ses applications sont multiples :

  • Anxiété, troubles anxieux permanent, phobie, attaque de panique ou TOC.
  • Troubles de l’humeur comme la dépression.
  • Troubles du sommeil.
  • Trouble du comportement alimentaire et addictions.
  • Troubles psychosomatiques.
  • Douleurs chroniques.
  • Maladie chronique, comme le cancer, la fibromyalgie ou les soins palliatifs.
  • Hospitalisation prolongée.

COMPORTE T’ELLE DES RISQUES

Il faut rester prudent. Certaines études ont montré que le « bruit blanc » (un son composé de toutes les fréquences sonores existantes), utilisé pour traiter les acouphènes, entraîne des changements dans le cerveau, qui peuvent être inadaptés, et entraîner des troubles dangereux et irréversibles.  De plus, le son vient toucher nos organes et nos tissus par d’autres voies que le tympan. C’est ce qu’on appelle la conduction osseuse. Selon les caractéristiques du son, certaines parties du corps résonnent plus que d’autres. Et si la vibration modifie la matière, on peut en déduire qu’elle peut transformer l’homme. 

FABIEN MAMAN, PIONNIER DE LA THERAPIE PAR LES SONS.

« Extrait d’un Interview réalisé par le magazine Alternative Santé le 27 octobre 2017

« Véritable pionnier, Fabien Maman développe depuis trente ans une approche du son centrée sur l’énergétique, se différenciant ainsi d’une musicothérapie plus ‘classique’. Mêlant les apports de l’acupuncture, la médecine ayurvédique, les couleurs ou l’aïkido, il  est décrit comme le père fondateur de la thérapie sonore vibratoire.  Installé en Californie où il a fondé l’institut Tama-Do, il est également l’auteur de Le tao du son.

Thérapie sonique pour le XXIe siècle (Ed. Trédaniel).

D’après vos recherches quel est l’impact des différents sons ou des différentes fréquences sonores sur les cellules du corps ?

Ces recherches, que j’ai effectuées avec l’aide d’une amie biologiste travaillant à l’université de Jussieu, avaient pour objet de comprendre comment les cellules répondent au son.          On a mis en place un protocole et on a mené des centaines d’expériences en exposant des cellules d’hémoglobine et des cellules cancéreuses à certains sons, certaines notes, certains instruments puis on a examiné les cellules à l’aide d’un microscope électronique et d’un appareil photo Kirlian, qui photographie l’aura, pour voir ce qui se passe quand le son traverse la cellule. Les résultats sont édifiants, comme en témoignent les photos reproduites dans mon livre. Même si ce n’est qu’in vitro il est par exemple intéressant de constater que soumises à certains sons dissonants, des cellules cancéreuses pour ainsi dire « explosent ».  Cette recherche a ouvert à certaines potentialités vertigineuses que je me suis appliqué à explorer, en approfondissant les recherches sur les photos Kirlian en Russie où j’ai enseigné quatre ans, puis en m’intéressant par la suite aux liens entre sons et couleurs en Grande-Bretagne, et en y associant ensuite le mouvement. J’ai ensuite essayé de combiner toutes ces différentes dimensions au sein de l’académie du son Tama-Do que j’ai créée en 1988 à Londres.

En plus de l’acupuncture, vous explorez également d’autres systèmes de références pour trouver des correspondances avec les sons. Est-ce que tous sont vraiment conciliables ?

Au départ il y a eu la médecine chinoise donc, de l’acupuncture au Qi-Qong, mais je me suis également intéressé à la médecine indienne, avec leur représentation de l’énergie vitale à travers les chakras, à la kabbale hébraïque, avec l’arbre des Sefiroths et à certaines techniques d’aïkido avec le Kototama, l’antique science des sons purs qui m’a été transmise par le maître japonais Sensei Nakazono en 1975.  Il y a eu également l’astrologie à laquelle je me suis intéressé plus tard : savez-vous que les astronomes, pour mesurer la distance entre plusieurs planètes aujourd’hui, utilisent leurs vibrations sonores ? En réalité, je pense que tout est relié par le son, et que le son est en affinité avec l’énergie vitale. Tous ces systèmes de référence, qu’ils soient asiatiques, indiens ou autres, parlent à mon sens de la même chose mais avec des mots différents. »

SOURCES

Le Tao du son, thérapie sonique pour le 21ème siècle

Encyclopédies pratique de la nouvelle médecine alternative aux éditions Robert Lafon

Ooreka santé