L’IMAGERIE MENTALE DIRIGEE

Cette utilisation de l’imagination sur un mode dirigé exploite les ressources de l’esprit pour générer des changements bénéfiques au plan physique, psychologique et émotionnel.

Cette technique peut être utilisée, avec l’aide d’un intervenant extérieur ou par soi-même, pour faire surgir des sentiments et des intuitions personnels. Elle permet aussi de réduire le stress et de faire face à des problèmes de santé et à des symptômes physiques et émotionnels lourds. Certains des effets positifs de cette thérapie ne sont plus à démontrer comme la diminution de la perception de la douleur, la baisse de la tension artérielle ou le contrôle de l’anxiété. C’est un des traitements complémentaires les plus largement utilisés dans le monde.

Histoire

L’imagerie mentale dirigée est devenue une thérapie complémentaire dans les années 70, au moment où l’on a mieux compris l’influence des émotions et des pensées sur la santé physique et mentale : ainsi, le stress peut déprimer le système immunitaire et la colère accroître le risque de maladie cardiaque alors que la détente et la maîtrise de soi amélioreront le bien-être général et, dans certains cas, favoriseront la guérison.

Dans le sillage de cette découverte, plusieurs techniques ont été mises au point pour aider les patients à visualiser des images leur procurant des états émotionnels bénéfiques, comprendre vraiment la nature de leur maladie et leurs réactions face à elle, mieux affronter la douleur et prendre des décisions difficiles relatives à leur santé.

Aujourd’hui, l’imagerie mentale dirigée est l’une des thérapies complémentaires les plus largement utilisées et acceptées. Elle est bénéfique pour toutes les pathologies et tous les symptômes présentant une composante émotionnelle (anxiété, douleur, insomnie, dépendance), et dans le cadre de soins palliatifs. Comme adjuvant à un traitement médical classique, elle permet d’améliorer la qualité de vie de personnes atteintes de maladies graves (cancer, maladies cardiaques et lésions cérébrales telles que les accidents vasculaires cérébraux).

Pratique

visualisation_th-1Créer des images et explorer leur signification a plusieurs effets thérapeutiques. Cela peut entrainer des modifications positives des fonctions physiologiques : en effet, l’imagerie cérébrale montre que les parties du cerveau activées lors de l’accomplissement d’une tâche le sont tout autant lorsqu’on s’imagine accomplir cette même tâche. Par ailleurs, certaines parties du cerveau impliquées dans l’imagination contrôlent également les fonctions vitales du corps, dont la respiration, le rythme cardiaque et la digestion. De sorte que guider l’imagination, seul ou avec l’aide d’un professionnel, permet d’influencer ces fonctions (par exemple, en abaissant la tension artérielle et en régulant le rythme cardiaque). Ainsi, de nombreux athlètes de haut niveau voulant améliorer leurs performances font appel à l’imagerie dirigée : ils répètent mentalement leurs mouvements avant l’épreuve afin d’en améliorer l’exécution et l’efficacité. Pour se sentir plus frais et plus dispos, il suffit aussi parfois de fermer les yeux et de s’imaginer en train de faire une sieste ou de se faire masser.

L’imagerie mentale dirigée peut aussi améliorer l’attitude mentale. Le processus de création d’images et d’exploration de leur signification contribue à mieux faire prendre conscience d’un état physique. Les images qui surgissent ayant souvent un poids émotionnel, l’imagerie mentale dirigée aide à comprendre et à modifier ses émotions. De nombreux problèmes de santé associés à la détresse émotionnelle (douleur, anxiété, désordres gastro-intestinaux et maladies cardiaques) s’en trouvent ainsi soulagés. la visualisation, parfois appelée visualisation créative ou imagerie créative, est un type d’imagerie mentale qui met l’accent sur les sensations visuelles.

Traitements

Nombre de professionnels de la santé recourent à l’imagerie mentale dirigé dont il est facile d’apprendre les techniques de base à l’aide de livres et de vidéos. Toutefois, quelques séances avec un guide permettent d’acquérir les grandes lignes avant de se lancer seul.

Une séance se déroule ainsi : d’abord, le patient consacre quelques instants à se relaxer. Puis, il est invité à visualiser des images en rapport avec la pathologie dont il souffre (par exemple, un symptôme ressenti. L’intervenant pose des questions directes sur cette sensation : pourquoi à cet endroit ? que faut-il en faire ? Qu’enseigne-t-elle ? En cas de douleur, le patient peut imaginer un sanctuaire intérieur où la douleur n’aurait pas le droit de cité et où il pourrait s’entretenir avec un guide intérieur, l’image d’un être qui l’aiderait à affronter la douleur et à rechercher des méthodes pour la soulager. Aborder les difficultés en les considérant comme des chances d’enseignement peut être très enrichissant.

Références

Document

Définition de l’imagerie mentale et sa dynamique psychospirituelle par Isabelle Fournier et Francine Boulais : Imagerie mentale

Livres

  • Charles Rachel. Les pouvoirs de la visualisation, développez la puissance de votre imagination aux éditions Le jour. 
La visualisation utilisée comme outil de développement personnel.
  • Reid Louise. La paix intérieure par l’imagerie mentale aux éditions Quebecor, axé sur le contrôle du stress, de l’angoisse et des crises de panique.
  • 9782840237679Imagerie mentale et thérapie, Philippe Codine, Isabelle Laffont, Jérôme Froger aux éditions Broché.

Mot de l’éditeur : La réalisation effective d’un mouvement et sa seule évocation mentale, qui caractérise l’imagerie motrice, s’accompagnent de l’activation de certaines zones cérébrales identiques. Ceci laisse supposer que la pratique de l’imagerie motrice, de façon régulière et méthodique, est susceptible d’améliorer la fonction motrice imaginée. Ceci a été mis en pratique depuis de nombreuses années par les sportifs afin d’améliorer leurs performances. Cette approche s’est ensuite étendue au domaine de la rééducation fonctionnelle où elle est utilisée notamment dans la prise en charge des AVC, de la maladie de Parkinson, des blessés médullaires, de l’amyotrophie d’immobilisation.La thérapie en miroir restitue, au niveau cérébral, l’image d’un membre sain alors qu’il est en réalité absent, enraidi ou paralysé. Cette technique initialement utilisée pour réduire les douleurs de membre fantôme est actuellement appliquée au traitement des douleurs chroniques, des AVC. Cet ouvrage envisage les divers aspects de ces nouvelles modalités thérapeutiques, leurs bases neurophysiologiques, leurs indications et limites, leurs modalités d’application.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour. Je vous partage un autre source de renseignements à propos de l’imagerie mentale dirigée: http://experiencesguidees.blogspot.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *