L’ACUPUNCTURE

L’acupuncture est un très ancien système chinois (voir article Médecine Chinoise Traditionnelle). Elle consiste à insérer de très fines aiguilles en des points spécifiques du corps pour stimuler ou équilibrer la circulation de l’énergie vitale.

Le Ki (voir concepts de base, notion d’Énergie) circule en empruntant 14 trajets, les méridiens (voir articles sur les méridiens), le long desquels se situent 360 points. 12 de ces trajets sont reliés à des organes (poumons, rate, vessie…), mais la notion chinoise de fonction recouvre une sphère plus large que l’organe lui-même, à la différence de l’approche occidentale. Ces points sont considérés comme portes d’entrées et/ou sorties des énergies à travers le corps.

L’acupuncture soulage ou prévient la douleur. Elle est même utilisée comme anesthésique en chirurgie. Elle soigne la maladie et améliore la santé en régularisant la circulation du Ki. Elle est sans danger si le praticien a reçu une formation adéquate et utilise des aiguilles stérile jetables.

Historique

Acupuncture_chart_300pxEn Inde, l’utilisation de l’acupuncture est mentionnée il y a environ 5 000 ans dans l’Ayurveda (voir article Médecine Ayurvédique) et elle reste utilisée de nos jours en médecine traditionnelle indienne.
Plus d’un millénaire avant la Chine, on trouve en Égypte antique une description de conduits parcourant le corps et transportant divers fluides (sang, eau, air, mucus…). Les ruptures d’équilibre entre ces fluides étaient supposées être la cause de maladies. Aux alentours de 1534 av. J.‑C., le papyrus Ebers, visible au British Museum, donne une représentation de canaux (appelés metu) dans lesquels circulent divers fluides.
Par ailleurs, une équipe scientifique de l’Université de Graz a découvert que Ötzi, l’être humain congelé et déshydraté découvert dans un glacier à la frontière entre l’Italie et l’Autriche, arborait des tatouages en forme de traits se rapprochant des points d’acupuncture. Neuf tatouages ont pu être reconnus et identifiés comme des points d’acupuncture.

Un long parcours vers l’Occident

Ce sont les Jésuites qui, les premiers, ont ramené de Chine des écrits sur l’acupuncture à la fin du XVIIe siècle. Au début du XIXe siècle, en France, de grands noms de la médecine s’y intéressèrent. C’est toutefois sous l’impulsion de Georges Soulié de Morant (1878-1955), consul de France à Pékin pendant plus de 12 ans, que l’acupuncture prit un essor considérable en Europe à partir des années 1920.
Au Québec, l’acupuncture a graduellement été introduite par l’intermédiaire de praticiens européens. Elle y est une profession officiellement reconnue depuis 1985. Aux États-Unis ce n’est qu’en 1972 que l’approche a retenu l’attention du public à la suite du voyage historique du président Nixon en Chine. En 1997, l’acupuncture a été officiellement reconnue comme une option thérapeutique sécuritaire et efficace dans le traitement de certaines affections lors d’une conférence organisée par le « National Institute of Health » aux Etats Unis.

Pratique et traitement

acupuncture-meridiansL’acupuncture se réferre aux notion de Ki (Energie), de Yin et de Yang ainsi que des cinq éléments (voir concepts de base). On ne s’explique pas le fonctionnement de l’acuponcture, néanmoins, la recherche a prouvé son utilité pour plusieurs affections. Elle agit sur diverses zones du cerveau, fibres nerveuses et substances chimiques endogènes, en particulier les endorphines qui soulagent la douleur en mimant l’action de la morphine.

Lors d’une consultation, le praticien interroge en détail le patient sur ses antécédents médicaux et s’intéresse de prés à sa personnalité et son mode de vie. Il palpe son pouls (voir article Prise de pouls), examine sa langue et son teint, prend note de sa morphologie, ses émotions et son état mental. L’évaluation du praticien détermine le choix des points et la profondeur de l’implantation : l’objectif est de restaurer la circulation du Ki et l’équilibre du yin et du yang. Les aiguilles actuelles sont ultra fine, à usage unique, en acier inoxydable, cuivre, or, argent ou zinc. L’insertion est généralement indolore, l’aiguille est retirée rapidement ou laissée en place plus longtemps (jusqu’à 20 minutes). Les aiguilles peuvent aussi être manipulées ou chauffées après insertion. En électropuncture, elles sont reliés à un courant électrique de faible intensité.

Les praticiens recommandent souvent des séances hebdomadaires. Une amélioration peut survenir au bout d’une ou deux séances, mais en général il faut en compter six à huit, suivies de séances d’entretien à six mois d’intervalle. Certains acupuncteurs prescrivent aussi des plantes médicinales. En France, comme dans l’ensemble de l’Europe, seuls les médecins et les sages-femmes sont officiellement autorisés à pratiquer l’acupuncture. Au Québec, il faut avoir un diplôme d’études secondaires pour entreprendre une formation spécialisée, puis être accrédité par l’ordre des acupuncteurs de Québec.

Variantes

  • Acupuncture auriculaire (auriculothérapie)

Les aiguilles sont implantés dans certains points de l’oreille correspondant à diverses parties du corps et fonctions, conformément à la théorie de la Médecine Chinoise Traditionnelle.

  • Moxibustion

Un cône ou un bâtonnet de moxa (armoise) est brulé sur ou au dessus du point; on dit qu’il renforce le Ki et réchauffe le sang.

  • Électropuncture

Le passage d’un courant de très faible intensité le long de l’aiguille augmenterait l’efficacité de son action.

Il existe différentes écoles de pensée en acupuncture. Les Coréens, par exemple, insèrent les aiguilles uniquement aux mains et aux pieds, tandis que d’autres acupuncteurs les implantent seulement dans les oreilles, particulièrement lorsqu’il s’agit de traiter des troubles de dépendance. Au Japon, l’approche traditionnelle consiste à stimuler les points énergétiques davantage par le toucher (acupression) qu’avec les aiguilles. La pratique est en constante évolution et de nouveaux styles émergent régulièrement.

Si la vue d’une aiguille vous effraie, il existe l’acupuncture au laser (qui utilise de légers rayons laser dirigés avec précision) et pourrait constituer une solution de rechange intéressante. Cette technique est particulièrement utilisée auprès des personnes dont le traitement exige une stimulation prolongée et auprès des enfants.

Liens

Ecole Européenne d’acupuncture (beaucoup d’infos et de liens)

Fédération des acupuncteurs pour la formation médicale continue

Livre de référence

Traité de Médecine Traditionnelle Chinoise de René Vinai et Béatrice Huret aux éditions C.I.R.E.C

precis-acup-chinPrécis d’Acuponcture Chinoise de l’Académie de médecine traditionelle chinoise aux éditions Dangles

Video

L’acupuncture en résumé

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *