HYPNOTHERAPIE

On appelle transe l’état modifié de la conscience auquel accède un sujet hypnotisé. La transe peut être induite par des suggestions d’une autre personne ou par auto-hypnose. L’hypnothérapie est l’entrée volontaire en transe à des fins thérapeutiques.

La transe est un état modifié de conscience particulier. Il se caractérise par :

  • l’absorption (capacité de concentrer son attention de manière sélective sur un seul thème ou point focal),
  • l’altération intentionnelle de l’attention, la dissociation (capacité de maintenir l’expérience de la transe séparée du conscient)
  • la suggestibilité (capacité accrue de réaction à des suggestions ou instructions).

Les sensations, perceptions, pensées ou comportements changent sous hypnose et peuvent influencer par la suite une fonction physique ou psychologique ou une expérience d’ordre social.

L’hypnothérapie est souvent utilisée pour modifier des comportements ou habitudes contreproductifs, soigner des problèmes émotionnels ou psychologiques, soulager la douleur ou atténuer les symptômes de diverses affections, comme le rhume des foins et l’eczéma. On constate sous hypnose une baisse du rythme cardiaque et de la tension artérielle, une influence sur la température dermique, des secrétions intestinales et des réactions immunitaires. Également, des modifications des ondes cérébrales semblables à celles constatées dans d’autres formes de relaxation profonde. On pense que l’hypnose influence aussi les centres émotionnels et les centres de contrôle de la production d’hormones dans le cerveau.

Histoire

Milton-EricksonLe terme hypnose vient du grec hynos, sommeil. Les états de transe étaient utilisés dans la plupart des cultures anciennes en Égypte, Grèce, Inde, Chine, Afrique, Amérique du Nord et Europe du Nord. Des textes anciens chinois datant de 2600 avant J.C. les évoquent. Ils sont décrits dans la mythologie grecque et mentionnés dans la Bible, le Talmud et les Vegas hindous. Dans les cultures primitives, les shamans ont utilisé la transe comme outil de guérison pendant des milliers d’années.

Au XVIiIe siècle, Franz Mesmer, médecin autrichien a redécouvert et popularisé l’hypnothérapie dans toute l’Europe. Il affirmait que la maladie était due à des déséquilibres des fluides magnétiques corporels qu’il était possible de corriger en transférant le « magnétisme animal » d’une personne à une autre. Le corps médical de l’époque était hostile à ses théories.

La pratique refit surface au XIXe siècle, auprès de chirurgiens britanniques, tel que James Esdaile, établi à Calcutta. En sept ans, il effectua plus de deux milles opérations, notamment de chirurgie lourde, comme des amputations, en utilisant l’hypnothérapie comme seul anesthésiant. Après la découverte du chloroforme, l’hypnothérapie fut largement abandonnée, alors qu’elle présentait l’avantage de réduire le risque de chocs opératoires.

Des études scientifiques ont été mené par le célèbre neurologue français, Jean Charcot, en psychanalyse par Sigmund Freud…et finalement le français Charles Poyen introduisit l’hypnothérapie aux États Unis. Ainsi, le psychiatre William James ou Milton Erickson furent célèbre grâce à leurs recherches et application de l’hypnose.

Des le milieu du XIXe siècle, l’hypnothérapie reçut l’agrément de « l’American Medical Association, la British Medical Association et l’American Psychological association ».

Elle fut reconnu en 1995 par le « National Institute of Health » aux États Unis.

Des médecins, dentistes et psychologues utilisent l’hypnothérapie. En France, la formation à l’hypnose est dispensée par des associations et organismes divers, ainsi qu’en formation universitaire pour les professionnels de la santé.Scene-dhypnotisme-par-Richard-Berg-en-1887

Pratique

  • Les séances commencent généralement par une phase de pré-suggestion avec un approfondissement de l’état de relaxation. On utilise souvent l’imagerie mentale dirigées ou la concentration sur un objet pour fixer l’esprit conscient et accéder à l’inconscient.
  • Pendant la phase de suggestion, l’hypnothérapeute pose parfois des questions ou formule des déclarations destinées à modifier les perceptions, suggérer des buts ou explorer des souvenirs.
  • Dans la phase de post-suggestion, le sujet est ramené à la conscience normale. Des changements d’ordre mental, émotionnel ou comportemental peuvent alors se produire.

On est plus ou moins sensible à l’hypnose, cela dépend des individus. D’après certaines études, cela serait dû à des différences de structure cérébrale.

Il est possible de pratiquer l’auto hypnose.Pourquoi-l-hypnotherapie

Traitements

L’hypnothérapie est utilisée pour soigner différentes affections et son efficacité a été reconnu particulièrement en ce qui concerne :

  • L’accouchement sans douleur
  • L’eczéma
  • Le rhume des foins
  • Les céphalées
  • La stérilité
  • Le syndrome du côlon irritable
  • la Sclérose en plaques
  • Le sevrage tabagique
  • La chirurgie
  • Le contrôle du poids…

L’hypnothérapie est utile pour soulager la douleur et peut être une alternative à l’anesthésie.

Elle aide à surmonter la peur et l’anxiété et est souvent utilisé en association avec d’autres techniques comme la méditation, l’imagerie mentale dirigée…

Peut on hypnotiser quelqu’un pour le faire agir contre sa volonté ?

Les hypnothérapeutes affirment que l’on conserve, même sous hypnose, son contrôle de soi et qu’il est impossible de commettre des actes que notre morale personnelle nous interdirait en temps normal. On va jusqu’à dire que toute hypnose est en fait de l’auto-hynose et que l’hypnothérapeute n’est en fait qu’un accompagnateur favorisant cet état.

On rapporte toutefois des cas de résultats négatifs comme l’exacerbation de souvenirs perturbants chez des personnes souffrant de stress ou de chocs traumatiques et donc l’aggravation de leur cas. Certains pensent également qu’il existe un risque de faux souvenirs provoqués par certains types de régression sous hypnose.

Il est donc avisé de ne consulter que des hypnothérapeutes dotés d’une bonne formation, agrées, et de confiance.

Références

Vidéo

L’hypnothérapeute et les différentes techniques qu’il utilise.

.

Livres

hypnoseLockert Olivier. Hypnose, Éditions IFHE, France, 2000.
 Psychothérapeute et formateur en hypnose, il établit une relation interactive avec le lecteur. Il expose la théorie de l’hypnose ericksonienne, nourrie par des histoires de cas et des applications pour usage général : la santé, la vie quotidienne, le développement personnel.

.

hypnose-cliniqueMalarewicz JA, Godin J. Milton H. Erickson, de l’hypnose clinique à la psychothérapie stratégique, Éditions ESF, France, 1989. 
Les deux psychiatres sont des chefs de file de l’hypnose ericksonienne en France. Leur livre présente Erickson et décrit aussi simplement que possible ses découvertes..

.

 Rossi Ernest L. Psychobiologie de la guérison, La communication corps/esprit au service de la santé, Le Souffle d’or, France, 2002.
 Écrit par un chef de file de la psychosomatique aux États-Unis et grand spécialiste de l’hypnose ericksonienne, ce livre s’adresse d’abord aux soignants, aux thérapeutes et aux chercheurs.

 Simon Victor. Du bon usage de l’hypnose, à la découverte d’une thérapeutique incomparable, Robert Laffont, France, 2000. 
Écrit par un médecin spécialiste de l’appareil digestif qui utilise couramment l’hypnose dans le traitement des maladies fonctionnelles.

Sites internet

IFHE  Institut Français d’Hypnose Ericksonienne. Institut très actif et site bien documenté.

The Milton H. Erickson Foundation. La fondation coordonne la formation donnée dans les instituts locaux, appelés Instituts Milton E. Erickson. Il en existe sur le continent américain, dont quatre au Québec et européen avec une dizaine d’instituts en Europe francophone. Site seulement en anglais.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *